FLAG-FR +33 (0) 1 7654 2607
FLAG-SU +41 (0) 22 518 2475
FLAG-BE +32 (0) 2 808 3624

Coat_of_arms_of_the_Bahamas

Dossier Bahamas

autres pages utiles

FAQ, Questions & Réponses

Montages Offshore

CRÉER UNE SOCIÉTÉ AUX BAHAMAS

Délais de création de la société : 3 à 7 jours
Comptabilité : Oui
Actionnaire anonyme : Oui
Directeur anonyme : Possible
Devise : BSD (Dollar Bahaméen) 1 BSD = 0.93 EURO

Juridictions OFFSHORE Impôts : Aucun Taux TVA : Aucune

Bahamas

Les Bahamas représentent une population de 350.000 habitants répartis sur 700 îles à 50 miles au large de la Floride, dans les Caraïbes. Les Bahamas sont devenus indépendants du Royaume-Uni en 1973, mais la Reine demeure le chef de l’état et la langue officielle est l’anglais. La capitale est Nassau, et les îles des Bahamas disposent de plusieurs aéroports internationaux avec de bonnes connexions, et les installations portuaires sont excellentes.

Les Bahamas était une destination très touristique au début du 20e siècle, mais était alors relativement en retard en tant que centre financier offshore. L’économie est fortement dépendante du tourisme (4m de visiteurs par an), mais les services financiers sont de plus en plus d’important.

En mai 2000, une nouvelle bourse des Bahamas (BISx) est entré en service, à l’origine avec deux entreprises côtées; à la fin de 2005 il y avait 19 sociétés cotées à la bourse des Bahamas avec une capitalisation boursière de quelque USD2.6 milliards. Le BISx dispose d’une infrastructure permettant les opérations à distance sur un réseau privé et sécurisé.

Les Bahamas comptent dans leurs services financiers 268 banques (à la fin de 2012) et des fonds communs de placement (713 à la fin de 2011). ainsi que la gestion de trusts. Le secteur des assurances a des actifs de USD1.3bn. D’autre part, les services professionnels sont excellents et le pavillon maritime des Bahamas comprend de très nombreux grands navires.

Aucun impôt sur le revenu dans les Bahamas!

Au Bahamas, il n’y a pas l’impôt sur le revenu, ni d’impôt sur les gains en capital, ni TVA, ni taxes sur lles ventes ou de l’impôt sur la fortune. La fiscalité se repose sur des frais gouvernementaux annuels payés par les entreprises, l’assurance nationale, des droits de timbre et les impôts fonciers. Les entreprises ayant des activités locales doivent obtenir des licences et c’est un secteur protégé mais il y a de bonnes incitations à l’investissement dans certains secteurs. Les sociétés offshore aux Bahamas sont des sociétés commerciales internationales (International Business Companies , IBC) ou d’autres formes de sociétés exonérées d’impôt (Exempt Company).

Après que les Bahamas ont été placés à la fois sur la liste du GAFI et la «liste noire» de l’OCDE en 2000, le gouvernement a révisé en profondeur sa structure législative afin de rendre le pays en conformité avec les normes internationales, et les Bahamas a été retiré des deux listes.

Un accord échange d’information fiscale a été signé avec les États-Unis en 2002, et le nouveau gouvernement des Bahamas en 2002 a souligné sa détermination à maintenir les Bahamas comme un centre financier international de bonne réputation. Les Bahamas ont depuis signé 29 autres accords d’échange de renseignements fiscaux. Il y a une certaine insatisfaction à la nouvelle législation de la part du secteur financier.

Avec un problème de chômage, les Bahamas ont mis n place un système de permis de travail pour l’accès au marché de l’emploi local. L’accès au logement a récemment été assouplies pour les étrangers, qui sont maintenant encouragés à acheter ou construire des «résidences secondaires». En outre, le secteur de la finance travaille avec le gouvernement pour élaborer un cadre de permis de travail plus flexible, pour permettre aux Bahamas d’attirer les meilleurs talents de l’industrie.