FLAG-FR +33 (0) 1 7654 2607
FLAG-SU +41 (0) 22 518 2475
FLAG-BE +32 (0) 2 808 3624

Coat_of_arms_of_Botswana

Dossier Botswana

autres pages utiles

FAQ, Questions & Réponses

Montages Offshore

CRÉER UNE SOCIÉTÉ AU BOTSWANA

Délais de création de la société : 15 à 45 jours
Comptabilité : Oui
Secretary : Oui
Actionnaire anonyme : Possible
Directeur anonyme : Possible
Devise : BXP (Palu botswanais) 1 BWP = 0.09 Euros

Juridictions
ONSHORE

 

Impôts : 22 %

Taux TVA : 12 %

Botswana

Le Botswana est un pays indépendant depuis 1966 qui connait une bonne gestion économique et une industrie minière du diamant à forte croissance, Le Botswana est une démocratie stable, le PIB par tête de USD 16,100 en 2011, et les réserves de plus de USD 8bn. Avec une superficie de 600 000 kilomètres carrés et une population de plus de 2 millions d’habitants, les frontières du Botswana sont la Namibie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe. La capitale Gaborone a des liaisons aériennes vers les grandes villes africaines. Le Botswana s’est vu attribuer le pays le moins corrompu d’Afrique par Transparency International.

Le Botswana est un pays cosmopolite paisible et stable. Le système éducatif est excellent et les infrastructures touristiques sont de qualité, de même que les équipements de santé.

Les langues officielles au Botswana sont le setswana et l’anglais, mais la langue utilisée dans les affaires est l’anglais. Les documents officiels du gouvernement sont dans les deux langues.

Les diamants est la principale source de revenus du Botswana et représentent 77 % des bénéfices d’exportation,  45 % du PIB. Les autres minéraux tels que le cuivre, le nickel et l’or contribuent également de manière significative à la richesse du pays, de même que le carbonate de sodium, le sel et le charbon.

Il n’existe pas de restriction en termes de propriété, de taille d’investissement, d’origine des capitaux. Le gouvernement du Botswana encourage activement le développement du secteur privé via un régime fiscal attractif, l’abolition du contrôle des changes et une palette de mesures incitatives (exonération d’impôts pour l’importation de matériels industriels, accès duty-free pour les pays de la Southern Africa Customs Union (SACU) , les produits fabriqués au Botswana peuvent pénétrer le marché européen sans être soumis à des taxes ni quotas).

Les investissements au Botswana sont surtout freinés par le coût de production, le manque de main d’œuvre qualifiée et aussi l’enclavement du pays. Les investissements étrangers au Botswana viennent surtout de la SACU (Union douanière d’Afrique australe), de l’AELE (Association européenne de Libre échange), du Canada et aussi du Zimbabwe.

Le Income Tax Amendment Act 1999 a créé un Centre international de services financiers (International Financial Services Centre) au Botswana, dont l’accent est mis sur la fourniture de services financiers à des clients qui sont domiciliés dans d’autres pays. Les incitations fiscales sont prévues pour les institutions financières et non financières afin de les encourager à s’établir dans l’IFSC. La Banque du Botswana est responsable de la supervision des sociétés de l’IFSC.

Les Organismes de Placement Collectif sont placés sous le régime de l’IFSC . Les OPC (Organismes de Placement Collectif ) peuvent être organisées sous la forme de fiducies ou des sociétés d’investissement, y compris de sociétés à capital variable et des fonds communs de placement.

La régulation concernant l’assurance internationale a été promulguée en Mars 2007 au Botswana, et fait suite à la promulgation de la Loi sur l’assurance 2005. Elle définie une autorité de régulation avec des responsabilités et des pouvoirs spécifiques, qui encadre également la création de sociétés de réassurance et d’assurance captive.

Le Botswana a des taux d’imposition relativement bas appliquées sur une base territoriale, mais l’IFSC permet de généreuses déductions du revenu avant impôts et l’exemption de la retenue d’impôt sur les dividendes. Les gains en capital sont libres dans l’IFSC. Les entreprises de l’IFSC sont susceptibles d’éviter la législation CFC dans de nombreux pays de l’OCDE.