CRÉER UNE SOCIÉTÉ A ÎLES MAURICE

Délais de création d'entreprise : 1 (GBC2) à 4 semaines (GBC1)
Comptabilité : seulement si GBC1 (vérifié et bilan, non public)
Secretary: seulement si GBC1 (résident et qualifié)
Actionnaire anonyme : Possible par usage de nominé
Directeur nominé : Possible par usage de nominé
(GBC1 : 2 directeurs requis, résident si accès aux traités internationaux)
Devise : Roupie Mauricienne MUR (1 MUR = 0.025 Euros)

Juridiction

OFFSHORE
ONSHORE

 

 

Impôts : 15 %
Si optimisation : 3 % (GBC1 Company)

Taux TVA : 0 %

Ile Maurice

la République de Maurice que l’on connait surtout sous l’appellation du nom de son île principale, l’île Maurice est située entre l’Inde, l’Afrique et l’Asie

Maurice est un membre indépendant du Commonwealth depuis 1968, et est devenu une république en 1992. L’île essentiellement volcanique a une population d’un peu plus de 1,3 million (Juillet 2013 est.) dont 150 000 dans la capitale, Port Louis. Le climat est sub-tropical; la température quotidienne moyenne varie de 17 à 30 degrés Celsius; il peut être humide. Le fuseau horaire a 4 heures d’avance sur GMT.

La langue officielle de Maurice est l’anglais; le groupe ethnique dominant est indo-mauricienne et la religion la plus populaire hindoue. Le régime est présidentiel, avec une Assemblée nationale et un Conseil des ministres dirigé par un Premier ministre. Le système juridique est mixte et reflète l’ascendance française et britannique, et l’administration surtout bureaucratique à la française.

L’économie de l’île Maurice dépend principalement du tourisme et l’aéroport dispose de bonnes connexions avec de nombreux pays. Le PIB par tête est de USD15,800 tandis que la croissance a été estimé à 3,3% en 2012 (3,8% en 2011 est.); et le chômage à 8,1% (2011 est.).

Maurice a également de bonnes terre et la culture du sucre est prédominante tout en représentant un tiers des exportations.

Le gouvernement de Maurice a mise en place des mesures incitatives à l’investissement, des zones de libre-échange (free-zone) et un porc franc, cependant ceci est en train de disparaitre avec les réformes qui ont tendance à uniformiser l’impôt et le système fiscal.

Récement l’île Maurice à mis en place des services financiers, y compris une Bourse pour tirer parti au maximum de la place géographique de l’île Maurice entre l’Inde et de l’Afrique. Le gouvernement construit une «Cyber ​​City» pour favoriser l’e-commerce

Jusqu’en 1998, la Société Offshore et la Société internationale (équivalent à un IBC) ont permis une imposition nulle à travers une gamme d’activités offshore notamment les services bancaires, le transport, l’assurance et la gestion de fonds, ainsi que dans les zones de libre-échange. Depuis la nouvelle législation en 2001 ces deux types de sociétés sont connus comme Global Business Companies catégories 1 et 2 (GBC1 et GBC2). Maurice a décidé d’être un IOFC «respectable» et il a maintenant un taux d’imposition forfaitaire de 15% dans presque tous les domaines. Certains réductions pour les impôts sur les investissements étrangers sont appliquées à partir de 2003. Cependant, Maurice a signé des conventions fiscales avec plus de 40 pays, et ils peuvent être combinés avec le régime offshore pour donner un bon résultat, en particulier pour le commerce et l’investissement en Inde. Maurice est l’un des six juridictions offshore qui a écrit des «lettres d’engagement» à l’OCDE en mai 2000 afin d’éviter d’être inclus sur la liste des pays et territoires offrant la concurrence «déloyale» fiscale de l’OCDE. En 2009, Maurice engage à nouvelle norme fiscale de l’OCDE (12 TIEAs).

Les secteurs domestiques et offshore ont traditionnellement été très bien séparés, bien que la législation récente, en particulier dans le secteur bancaire, a commencé à supprimer la distinction entre «onshore» et «offshore». Les fabricants nationaux orientés vers l’exportation et les fournisseurs de services bénéficient d’incitations et d’avantages fiscaux. Jusqu’à l’introduction de la nationale 15% impôt sur le revenu ‘flat tax’, les taux étaient modérément élevé, et les transactions immobilières sont coûteux en termes fiscaux.